Accueil Art Quels sont les meilleurs films de Steven Spielberg ?

Quels sont les meilleurs films de Steven Spielberg ?

1151

Il est certainement le réalisateur de cinéma en activité le plus célèbre, et le plus célébré dans le monde. Steven Spielberg a enchaîné les succès en salles et fait rêver des dizaines de millions de spectateurs avec ses aventuriers, ses dinosaures, ses œuvres historiques et autres récits dans lesquels la famille tient toujours une place importante. Inspiré par l’article de Ciné Pop consacré au récent Ready Player One, nous voulions revenir sur  notre liste des meilleurs films de Steven Spielberg.

Une œuvre immense

29 longs-métrages de cinéma. Deux téléfilms (La Chose en 1972 et Chantage à Washington en 1973). Plusieurs épisodes de séries télévisées, dont le pilote de Columbo. Un sketch de l’adaptation cinéma de la série La Quatrième dimension. Plein de courts-métrages de jeunesse. Steven Spielberg, c’est tout ça et bien plus encore.

Et on ne parle ici que du réalisateur ! Car il y a également un Spielberg producteur, qui a accolé son nom à certains des plus grands succès cinématographiques, et qui a aidé à forger la carrière de grands metteurs en scène (Joe Dante ou Tobe Hooper, entre autres), et un Spielberg scénariste, qui lui aime à se faire plutôt rare.

Encensé par le public, régulièrement récompensé par ses pairs (il a reçu deux fois l’Oscar du meilleur réalisateur, pour La Liste de Schindler et Il faut sauver le soldat Ryan), Spielberg ne cesse d’étonner tout en se réinventant perpétuellement. Son dernier film en date, Le Pont des espions, est une réflexion brillante sur l’atmosphère de la Guerre froide au tournant des années 50 et 60.

Alors, face à une œuvre immense comme celle-ci, c’est l’angoisse totale au moment de choisir quels sont les meilleurs films de Steven Spielberg. Nous avons essayé, néanmoins, et voici le résultat !

Quels sont les meilleurs films de Steven Spielberg 3

Le top 10 des meilleurs films de Steven Spielberg

Le voici, le voilà : notre top 10 des plus grandes réalisations du maître du cinéma !

10. Duel. Ce téléfilm a eu un tel succès lors de sa diffusion télévisée, qu’il a été gonflé sur pellicule et projeté dans quelques salles, devenant le premier long-métrage de cinéma officiel de Spielberg. Et pas le moindre : cette histoire de course-poursuite entre un type lambda et un camion dont on ne voit jamais le visage du conducteur, est un morceau de bravoure époustouflant.

9. Arrête-moi si tu peux. Une comédie (avec Leonardo DiCaprio) qui témoigne d’une époque effervescente : celle de l’Amérique des années 60, et d’un monde libre dans lequel tout était possible. Cette leçon d’optimisme, à l’orée des années 2000, est à pondérer avec le film suivant, Le Terminal, qui lui illustre au contraire l’Amérique fermée et sécuritaire de l’après 11-Septembre.

8. Les Dents de la mer. Bruce le requin a beau être en plastique, la mise en scène de Spielberg, la photographie de Bill Butler et le thème musical de John Williams lui confèrent un terrifiant pouvoir, toujours valable aujourd’hui. La bonne idée découlait du hasard : c’est parce que la bestiole ne fonctionnait pas bien que le réalisateur dû repousser au maximum le moment de son apparition.

7. Empire du soleil. Moins connu, ce film adapté du roman autobiographique de J.G. Ballard est aussi le premier rôle important du tout jeune Christian Bale (le récent Batman). Il est également l’occasion d’un travail splendide sur l’image, notamment la scène dans laquelle le garçon, qui a perdu ses parents dans la foule, rentre chez lui pour découvrir les traces de lutte dans la farine parsemée au sol.

6. Indiana Jones et le temple maudit. Récemment, Spielberg annonçait publiquement ses regrets pour avoir réalisé un film aussi violent que ce 2e volet des aventures du plus célèbre archéologue. Pourtant, c’est la liberté de ton de ce Temple maudit qui le rend si fascinant : insectes dégoutants, soupe aux yeux servie à table, cœurs arrachés et enfants forcés de travailler sous terre en font un véritable paradoxe spielbergien. En bonus, la scène du chariot de la mine qui a inspiré le cinéma dynamique façon Futuroscope.

MCDJUPA EC038

5. La Guerre des mondes. Une adaptation du roman de H.G. Wells d’une actualité brûlante, qui respire encore la poussière produite par l’effondrement des tours lors du 11-Septembre aux USA (poussière qui recouvre le visage éberlué de Tom Cruise). Il n’y a rien de plus terrifiant que l’apparition des tripodes venus de Mars, sortant de terre avant de commencer à tout détruire.

4. A.I. Intelligence Artificielle. Avec A.I., Spielberg faisait le pari d’adapter le scénario sur lequel Stanley Kubrick travaillait au moment de sa mort. S’il a déçu les aficionados du réalisateur de 2001, il a pleinement satisfait les siens : cette œuvre est complètement spielbergienne, et sans doute l’une des plus belles variations sur le thème de l’amour filial de tous les films de Steven Spielberg.

3. Jurassic Park. Le succès planétaire de Jurassic World l’été dernier ne doit pas faire oublier que Jurassic Park a marqué l’histoire du cinéma, avec ses dinosaures extrêmement réalistes et son histoire de parc d’attraction fantasmatique qui tourne au cauchemar. D’ailleurs, Jurassic World lui a tout piqué, depuis la structure du récit jusqu’aux personnages.

2. Rencontres du 3e type. Le film de Spielberg par excellence, l’une des rares occurrences où le maître a écrit lui-même le script (avec A.I.), et une œuvre d’une beauté époustouflante à tous les niveaux. Le héros, joué par Richard Dreyfuss, c’est Spielberg lui-même : un homme qui rêverait de partir à la découverte du cosmos dans un immense vaisseau extraterrestre. On partirait bien avec lui !

1. Les Aventuriers de l’Arche perdue. Spielberg et Lucas (le papa de Star Wars) cherchaient à concurrencer James Bond : ils ont inventé un archéologue borné et aventureux qui chasse les reliques armé de son célèbre chapeau, de sa chemise poussiéreuse et de son fouet. Non seulement ce film a créé un personnage emblématique, mais il a également posé les bases structurelles du récit d’aventures pour les décennies à suivre.

Quels sont les meilleurs films de Steven Spielberg 4

Et le top 5 des gros ratages !

Puisque personne n’est parfait, les meilleurs films de Steven Spielberg sont compensés par des œuvres qui, elles, mériteraient plutôt qu’on les oublie. Voici une liste (totalement subjective) de 5 longs-métrages ratés !

5. 1941. Spielberg s’essaie à la comédie : c’est assez rare pour être souligné, et son film enchaîne quelques jolis morceaux, notamment un James Belushi complètement survolté. Mais c’est long, c’est beaucoup trop long !

4. Hook ou la revanche du capitaine Crochet. C’était le début de la fin pour Robin Williams : le rôle d’un Peter Pan qui a vieilli et oublié le Pays imaginaire. Ratage, oui. Mais aussi grand film malade, qui en dit long sur l’état d’esprit d’un Spielberg en quête de renouvellement (en 1991).

3. Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. On aime le retour d’Indiana Jones et de Marion Ravenwood. On aime aussi les extraterrestres qui quittent la Terre à la fin. Mais Shia LaBeouf aidé par des singes durant une poursuite dans la forêt amazonienne avec des méchants soviétiques, c’est non.

2. Le Monde perdu. Le cri d’une gamine se confond avec le bruit d’un métro, et Jeff Goldblum baille d’ennui. Ca tombe bien, nous aussi. D’autant plus que le seul personnage intéressant, celui du chasseur, meurt à la moitié du film.

1. Munich. Après l’attentat contre l’équipe olympique israélienne durant les JO de Munich, en 1972, le Mossad envoie ses meilleurs agents dézinguer les responsables. Eric Bana, Daniel Craig et même Mathieu Kassovitz sont de la partie. Mais ils ont oublié le spectateur avant de partir.

Et pour finir, voici la vidéo du vainqueur parmi les films de Steven Spielberg : le premier épisode des aventures d’Indiana Jones !

Toute la rédaction du magazine Magaweb mène une veille scrupuleuse pour vous offrir des articles de qualité traitant des dernières actualités vie pratique, technologiques et insolites. Jour après jour, elle épluche blogs et journaux, le tout-venant de la presse, pour trouver les thématiques qui vous feront rêver, bondir, pester, rire... en bref, que le meilleur !