Accueil Vie Pratique Astuces & Conseils Les fourrières de Paris, un business qui explose !

Les fourrières de Paris, un business qui explose !

1539

Les automobilistes parisiens savent tous que c’est très facile de retrouver sa voiture dans une fourrière de Paris. Le manque de places de stationnement est incontestable à Paris. Il y a donc plus de probabilité d’enfreindre la loi sur l’arrêt ou le stationnement des véhicules et plus de risques de voir son véhicule gentiment enlevé par les agents des fourrières. Et avec tous les paiements à prévoir pour sortir son véhicule de là, les fourrières à Paris constituent un business florissant.

Préparez-vous à payer le prix fort

Une hausse générale des tarifs appliqués à la mise en fourrière est en vigueur depuis janvier 2015. Et depuis juillet, le frais d’enlèvement des voitures particulières s’élève à 116.81€. La garde journalière est quant à elle de 6.19€ (à multiplier par le nombre de jours où la voiture est restée à la fourrière)

Mais une tarification spéciale s’applique à quelques grandes villes, dont Paname. Pour une voiture particulière gardée dans une fourrière de Paris, le propriétaire doit prévoir un frais d’enlèvement de 150€ et un frais de garde de 29€ par jour. Les tarifs sont également très élevés à Lyon et à Marseille où l’enlèvement est tarifé 126€ et la garde 10€ par jour.

Si par malheur votre véhicule est mis en fourrière, cliquez ici et trouvez les infos nécessaire pour le récupérer rapidement.

fourrière Paris

Comment les fourrières de Paris sont devenues aussi rentables ? 

Depuis 2001, la mairie de Paris n’a cessé de réaménager la voirie de la ville, l’objectif étant d’inciter les usagers à moins utiliser la voiture dans la capitale. Et cet objectif a été parfaitement atteint. Le nombre de véhicules par km et par heure est passé de près de 2 100 en 2001 à un peu plus de 1 500 en 2012. Mais si le trafic a effectivement diminué, la congestion s’est empirée et la vitesse moyenne de la circulation a nettement ralenti.

Le nombre de véhicules enlevés quotidiennement par les agents municipaux est par contre plus élevé parce que la réduction du nombre de places de parking a fait partie de ces réaménagements. Depuis 2001, plus de 23 000 places de stationnement ont été supprimées soit près de 15% des places disponibles en surface. En 2012, ces dernières étaient au nombre de 154 000.

La difficulté augmente avec le nombre de foyers parisiens qui possèdent leur propre voiture (et occupent donc des places de stationnement) En 2012, 40% des ménages parisiens étaient concernés. Mais Paris possède jusqu’à 800 000 places de stationnement si on inclut celles qui se trouvent dans les immeubles privés et les parkings souterrains.

Comment éviter la fourrière à Paris ? 

La seule manière de ne pas payer des tarifs exorbitants des fourrières parisiennes est évidemment de faire en sorte que son véhicule ne soit pas enlevé. La première règle pour y parvenir est de respecter scrupuleusement les textes concernant le stationnement.

Si vous respectez la loi, mais avez du mal à bien vous garer à Paris (comme quasiment tout le monde) voici quelques solutions efficaces :

  • Utiliser des outils spécifiques comme Info Parking
  • Chercher dans des zones excentrées, loin du centre où trouver une place libre relève souvent du miracle.
  • S’orienter vers les parkings partagés
  • Utiliser des applications mobiles spécialement conçues pour faciliter la recherche d’une place de stationnement.

De nombreux conducteurs craignent les fourrières parisiennes parce qu’elles coûtent chères alors que c’est difficile d’en échapper. En effet, se garer dans la capitale est très difficile parce que les places de parking se raréfient. On est alors plus tenté d’enfreindre la loi. En tout cas, l’usage de la voiture pour aller travailler diminue en Île-de-France, selon Insee. Retrouvez cette analyse ici.

Toute la rédaction du magazine Magaweb mène une veille scrupuleuse pour vous offrir des articles de qualité traitant des dernières actualités vie pratique, technologiques et insolites. Jour après jour, elle épluche blogs et journaux, le tout-venant de la presse, pour trouver les thématiques qui vous feront rêver, bondir, pester, rire... en bref, que le meilleur !