Les arnaques et pièges à éviter lors de la création d’entreprise

0
1817

Dans le monde de l’entrepreneuriat, beaucoup de personnes tombent dans le panneau des arnaqueurs lorsqu’elles essayent de monter leur propre entreprise. En effet, pour éviter de débourser plus, elles ont recours à la solution de facilité en se laissant amadouer par les propositions alléchantes.

Dans certains cas, celles-ci ne connaissent pas bien les obligations déclaratives et administratives ni les coûts nécessaires à la création d’entreprise.

Les prestations payantes et les propositions d’immatriculation en création d’entreprise

Il faut savoir que le coût à l’immatriculation au Registre Européen des Sociétés est de 250 €. Présentée comme obligatoire, elle est proposée par courrier. En fait, ce registre est inutile et son inscription n’est pas du tout obligatoire.

Il en va de même pour l’adhésion au Registre des sociétés et des indépendants ou RSI, qui coûte 249 €. Concernant l’inscription sur Info-Kbis, Infos-Siret et d’autres registres, il s’agit de registres non obligatoires. De ce fait, l’inscription à ceux-ci est facultative et le créateur d’entreprise n’est pas obligé de payer.

Concernant les prestations payantes proposées aux freelances, il faut savoir que la création d’une entreprise individuelle ou une autoentreprise est entièrement gratuite. De nombreux sites internet proposent une immatriculation en tant qu’entrepreneur individuel pour un coût forfaitaire de 60 à 90 €, ce qui est entièrement une arnaque pour une personne qui a un projet de création entreprise à concrétiser.

Dans sa boîte aux lettres, après son inscription au Registre du Commerce et des sociétés ou RCS, le nouveau gérant reçoit fréquemment des documents lui demandant simplement des renseignements et une vérification d’adresse. S’il remplit et renvoie ces documents, il signe sans le savoir un contrat d’inscription dans un annuaire professionnel.

Il recevra par la suite une facture suivie de nombreuses relances, qui réclament le montant de la somme, qui figurait en petits caractères et en bas du premier document reçu. Lorsque ce genre de documents arrive, il est conseillé de les lire intégralement, surtout les petites lignes inscrites en bas de page ou dans la marge.

creation entreprise idees

Création d’entreprise : la souscription aux contrats facultatifs, les réseaux de franchise et les faux contrats de maintenance obligatoire

Après la création de son entreprise, le nouveau gérant recevra alors différents formulaires l’invitant à choisir une caisse de retraite dans un délai de quelques mois. Si celui-ci ne fait rien, une caisse sera alors désignée en fonction de la nature de l’activité pour l’affiliation des salariés lorsqu’il en aura.

Dans sa boîte aux lettres, il pourra également retrouver d’autres formulaires de souscription à des contrats de mutuelle, de prévoyance ou d’assurance retraite complémentaire. Si l’adhésion est généralement présentée comme étant obligatoire, il n’en est rien puisque celle-ci est facultative.

L’inscription de l’entreprise dans un réseau de franchise n’est pas vraiment bénéfique pour le nouveau gérant. En effet, les droits d’entrée et les redevances y sont généralement exorbitants alors que les contrats sont souvent d’une durée de plusieurs années.

Pour savoir si cela apportera un plus à l’entreprise, il suffit de vérifier les chiffres communiqués concernant les revenus des autres franchisés. Pour éviter toute embrouille, il est conseillé d’exiger une véritable exclusivité territoriale, surtout auprès des réseaux se développant fortement.

Une arnaque des plus fréquentes, ce sont les faux contrats de maintenance obligatoire. En effet, de nombreux prestataires de services n’hésitent pas à démarcher directement les créateurs d’entreprise en faisant du porte-à-porte.

Leur travail consiste à faire signer des contrats d’abonnement : révision des extincteurs, abonnement à une sécurité incendie… Pour éviter de tomber dans le panneau, il ne faut jamais signer un contrat avec un prestataire faisant du porte-à-porte. Il faut que le créateur d’entreprise prenne le temps d’étudier ses besoins réels, de demander conseil, mais surtout de comparer les offres sur le marché.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici