Le régime végétarien, régime dominant ou alternatif ?

0
3223

« Mangez cinq fruits et légumes par jour » dit le Programme National Nutrition Santé « Manger Bouger » dès qu’on allume la télévision, si vous avez encore une télévision. Le précieux conseil est diffusé en boucle tel un message de propagande. Cette « propagande », parce qu’elle se fonde sur des rapports scientifiques et qu’elle s’inscrit dans une lutte contre l’obésité, cette maladie moderne, n’est pas jugée comme de la propagande, qui a une connotation négative. Faut-il pour autant manger de ce pain béni ? Est-ce que le régime végétarien est compatible avec le rythme effréné métro-boulot-dodo ?

Qu’est ce que le régime végétarien ?

Une définition simple

  • Le régime végétarien est une pratique alimentaire qui rejette la consommation de viande, de volaille, et de poisson, ce qu’on appelle l’ovo-lacto-végétarisme.
  • Le régime végétalien est une pratique alimentaire qui exclue les mêmes catégories d’aliments que le régime végétarien mais aussi les produits laitiers et les œufs.

Quelles sont les causes de l’adhésion ?

En Occident, le végétarisme ou le végétalisme étaient autrefois l’apanage de quelques cercles restreints et visionnaires. Aujourd’hui, des millions de personnes ont adhéré au végétarisme et au végétalisme, séduits par cette cause. Pourquoi ?

Explication sociologique

  • Autrefois, et ce jusqu’au milieu du XXème siècle, manger de la viande était un privilège que seuls la noblesse, puis les bourgeois pouvaient s’octroyer. Un régime à base de viande était donc signe de richesse et marqueur social.
  • Le niveau de vie ayant augmenté, l’accès à la viande s’est démocratisé. Dorénavant, manger de la viande n’est plus un marqueur d’appartenance à la haute société, et il n’est plus très «bien vu» d’être omnivore à tendance carnivore.

Motif politique

Devenir végétarien ou végétalien peut être un acte contestataire. En effet, les végétariens ne refusent pas juste de manger de la viande, ils refusent bien souvent de manger de la viande issue du système d’élevage crée par l’homme. Autrement dit, les animaux sont élevés et abattus dans des conditions sanitaires déplorables, de sorte que le système que nous avons mis en place ne respecte ni l’animal, ni l’homme.

Les contestataires sont également favorables au respect de l’environnement, ce qui n’est pas le cas des éleveurs et des consommateurs.

Exemple : Qui n’a pas entendu parlé des farines animales que l’on donne aux animaux qui ne sont pas carnivores, ou des antibiotiques que l’on fait ingurgiter aux poissons ?

Motif sanitaire

L’impact positif sur la santé est sans aucun doute le motif le plus avancé par les adeptes du végétarisme ou du végétalisme. Mais quels sont ces impacts ?

Le bilan du régime végétarien et végétalien

A l’instar des pouvoirs publics qui fondent leur « mangez cinq fruits et légumes par jour » sur des arguments scientifiques, dressons un bilan scientifique des régimes végétariens et végétaliens. Les régimes végétariens et végétaliens consistant à retirer de son alimentation la chaire animal, il est logique de penser d’emblée que l’action de soustraire des aliments crée un déséquilibre nutritionnel. Est-ce que ce déséquilibre peut être compensé ? Est-ce compatible avec notre mode de vie effréné ?

  • Les avantages sanitaires :
    • Réduction des risques cardiaques et du cholestérol : le cholestérol ne se trouve que dans les produits animaliers et les laitages. Supprimer les viandes règle alors le problème d’un taux trop élevé de cholestérol.
    • Baisse du risque de cancer du côlon : les antioxydants contenus dans les végétaux n’endommagent pas le côlon dont le cancer fait 17 000 victimes par an.
    • Baisse du diabète : la consommation de viande entraîne un apport en sel important, contrairement aux végétaux.

    Des carences que l’on ne peut compenser ?

    • Le calcium : Les végétaliens qui ne consomment pas de produits laitiers, contrairement aux végétariens, manquent de calcium, substance essentielle à la minéralisation de l’os.

    Il est possible de compenser ce manque par les boissons de soja et les feuilles de navet, ce qui est assez limité.

    • Le fer : de nombreux végétariens font de l’anémie, substance responsable de la production d’enzyme. L’anémie a des conséquences psychiques et physiques telles que l’anxiété.
    • Omega 3 : cette substance réduit la pression artérielle. Les végétariens, qui mangent du poisson ne souffrent pas de carences en oméga 3 mais les végétaliens en sont victimes car ils ont une difficulté à trouver des aliments de substituions.

    Les régimes végétariens ne semblent donc pas dangereux pour la santé, dans la mesure où des aliments autorisés dans le régime compensent les potentielles carences dues à la non consommation de viande. Concernant les végétaliens, il semblerait que leur régime présente quelques risques sanitaires, du fait d’un bilan nutritionnel trop déséquilibré. Manger cinq fruits et légumes par jour, oui, à condition de ne pas manger que ça… et d’avoir le temps de les cuisiner !

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici