Accueil Loisirs Livres et BD Retour au monde de l’enfance avec la BD Les Légendaires

Retour au monde de l’enfance avec la BD Les Légendaires

2132

Quelque part entre les Chevaliers du Zodiaque et le style graphique des mangas actuels (Yu-Gi-Oh ! et consorts), mais créée par un Français, la BD Les Légendaires combine ce qu’il y a de meilleur entre les univers de la bande-dessinée franco-belge, les comics et les mangas. C’est sans doute ce qui explique le succès triomphal de cette saga redoutable d’inventivité, immédiatement adoptée par le public.

La BD Les Légendaires ne manque pas d’air

En dix ans, Patrick Sobral a écrit et dessiné 17 tomes de sa BD Les Légendaires. Soit une moyenne de 1,7 tome par année. Autant dire un travail de fourmi bûcheuse, la marque de fabrique d’un artiste zélé qui s’est donné à fond dans son projet – et qui s’est vu récompensé de la meilleure des manières : par un public conquis qui attend sa production comme des créations du Messie.

Créée en 2004 et publiée par les éditions Delcourt, qui lui a consacré un fascicule en ligne, la saga s’est écoulée à plus de 3 millions d’exemplaires, avec pour chaque tome des tirages qui avoisinent les 300 000 pièces – ce qui, en bande-dessinée, est plutôt énorme.

Une saga dérivée a été lancée en 2012, Les Légendaires – Origines, scénarisée par Sobral mais dessinée par Nadou. Et une série animée a commencé à être diffusée sur TF1 en 2015, sous la houlette de Ouido ! Productions.

Et ce n’est pas tout, puisque dans le cas de Sobral, le succès public s’accompagne de la reconnaissance de ses pairs. Après qu’il a reçu un prix jeunesse – un « Fauve » – au festival d’Angoulême, le dessinateur a vu sa BD donner lieu à une exposition dans la ville du 9e art en 2014.

Un goût d’heroic fantasy et un parfum de manga

La BD relate les aventures de 5 héros mythiques, les Légendaires du titre, deux ans après qu’ils ont affronté un sorcier du nom de Darkhell qui faisait peser une terrible menace sur le monde d’Alysia. Ils ont certes remporté la victoire, mais celle-ci eut un prix insolite : tous les habitants d’Alysia sont redevenus enfants, le sorcier y compris.

Les Légendaires se sont donc réunis deux printemps plus tard afin de tenter de libérer leur monde de cette malédiction qui risque d’annihiler leur civilisation. Car, condamnés à rester pré-pubères, les habitants d’Alysia ne peuvent plus procréer.

Fan de mangas et de comics, Patrick Sobral a insufflé à son univers une indéniable inspiration nippone – que les spécialistes de la BD lui ont largement reprochée à ses débuts. En 2004, en effet, le manga n’avait pas en Europe la notoriété qu’il a gagnée avec le temps, qui était déjà la sienne depuis très longtemps au Japon, son pays de naissance.

Mais, depuis, les choses ont pas mal changé. Le manga est devenu une star officielle en France et occupe une place majeure au sein du marché hexagonal de la bande-dessinée (comme l’indique cet article du Monde). Dans ce contexte, le style de Sobral fait des merveilles auprès d’un lectorat jeune, mais pas seulement. Aujourd’hui, sa BD se vend mieux que Tintin et Astérix !

Retour au monde de l’enfance avec la BD Les Légendaires 2

Une conception hasardeuse

Le papa des Légendaires, Patrick Sobral, qui à la fois scénarise et dessine la saga, aurait bien pu ne jamais vivre de son art. S’il côtoie l’univers de la bande-dessinée depuis ses 8 ans, en préférant les comics américains et les mangas japonais aux planches franco-belges, il n’imagine pourtant pas contredire son paternel qui le voit bien exercer un « vrai » métier.

Après avoir tenu le coup pendant 12 ans comme décorateur dans une entreprise de Limoges, sa ville natale, il profite d’un plan social pour vider ses tiroirs. Et tenter le coup. En 2000, il participe à un concours organisé par les éditions Tonkam et parvient à se faire publier dans un recueil de BD sur le thèmes des anges.

Il faut croire que le sien, d’ange, veille bien sur sa personne, car son premier essai est un coup de maître : Les Légendaires, proposé à Delcourt, explose les compteurs quasi immédiatement. L’éditeur lui fait signer un contrat pour 4 volumes. Et papa Sobral commence à changer de ton, même s’il continue de morigéner l’impétrant.

Pourtant, à l’origine, Sobral n’est pas très à l’aise avec sa création. Inventé en quelques secondes face à un conseiller Pôle Emploi, l’univers d’Alysia ne correspond pas exactement à désirs. Mais ses planches adultes ne sont pas retenues par les éditeurs, qui les trouvent trop sombres.

C’est donc sans conviction qu’il s’essaie à la BD jeunesse en développant cette idée de personnages redevenus enfants, puisant son inspiration dans les séries japonaises de son enfance. L’acquiescement de Delcourt l’effraie : il faudra donc dessiner 4 tomes ! Zélé à la tâche, Sobral les fournit en deux ans, et commence à prendre réellement du plaisir à partir du 5e opus.

Retour au monde de l’enfance avec la BD Les Légendaires 3

Nostalgie et passerelles culturelles

Désormais, Sobral est tout à fait à l’aise : il écrit et dessine les histoires qu’il aurait aimé lire quand il était enfant. Ses influences ? Shingo Araki, connu en France pour avoir dessiné les personnages des Chevaliers du Zodiaque (Saint Seiya pour les connaisseurs). Et le cinéma fantastique, dont il s’inspire de la mise en scène et du découpage.

La preuve ? C’est que cette série prévue pour durer 15 tomes devrait logiquement être poussée jusqu’au 25e volume – et il lui restera plein d’idées, promis. Et qu’il s’attache à créer un souffle épique digne des séries animées de son enfance – Dragon Ball, Goldorak, Les Mystérieuses cités d’or – en même temps qu’il véhicule leurs valeurs de courage, de sacrifice et d’amitié.

Le secret de son succès auprès du public ? Sa saga est une passerelle entre deux cultures (BD franco-belge et manga japonais) mais aussi entre deux époques (son enfance dans les années 80-90 et aujourd’hui). Une idée exprimée par le dessin : au style manga de ses personnages enfantins s’oppose, dans les flashbacks, le dessin traditionnel qui sert à représenter les mêmes personnages adultes.

Les aventures des Légendaires ne sont donc pas près de prendre fin – y compris lorsque le 25e tome sera paru. Qui sait, cette série deviendra peut-être le nouveau Dragon Ball ?

Toute la rédaction du magazine Magaweb mène une veille scrupuleuse pour vous offrir des articles de qualité traitant des dernières actualités vie pratique, technologiques et insolites. Jour après jour, elle épluche blogs et journaux, le tout-venant de la presse, pour trouver les thématiques qui vous feront rêver, bondir, pester, rire... en bref, que le meilleur !