Accueil Mode Selvedge or not selvedge ? On vous dit tout !

Selvedge or not selvedge ? On vous dit tout !

1754

Toile en jean « selvedge » ou denim selvedge : peut-être en avez-vous déjà entendu parler si vous êtes un adapte de jupes en jean, blousons en denim etc… Sans oublier bien sûr l’indétrônable pantalon en jean ! Aujourd’hui, faisons le point sur ce qu’est le fameux « denim selvedge ».

Toile denim selvedge : petite explication

Issu d’une contraction de l’expression anglaise « self-finished edge », qui signifie en français « bords finis », ce terme désigne en réalité une technique de finition de la toile denim. Pour être plus clair, une toile « selvedge » est une toile dont les bords sont renforcés par un liseré coloré que nous évoquerons à nouveau plus bas dans l’article. Grâce à cette finition, la toile denim en question gagne en solidité. En effet, puisque ses extrémités sont renforcées, elle est bien moins sujette à l’effilochement et à l’usure prématurée.

En soi, l’histoire du denim ne date pas d’hier, depuis la fin du XVIIIème siècle les professionnels se sont équipés de machines (métiers à tisser) capables de produire des tissus sergés au tissage particulièrement serré. Simple rappel, le « sergé » est une technique de tissage particulier comprenant des « fils de chaînes » (verticaux) et des « fils de trame » (horizontaux).

Ces machines, métiers à tisser, furent initialement des machines du vieux continent : d’origine italienne, suisse, belge ou encore allemande. Elles permirent très tôt de mettre au point des techniques pour renforcer les bords latéraux des pièces. Ces techniques, ce sont les américains, pionniers du jean contemporain, qui les ont mises en place les premiers. Cependant la France, dans notre époque contemporaine, a su tirer son épingle du jeu et s’en sort aujourd’hui à merveille ! Voyez plutôt.

Le selvedge denim à travers le monde

Face à un marché du denim qui s’annonce très prometteur, certains fabricants commencent très tôt à vouloir distinguer leurs toiles selvedge et à apposer leur empreinte sur les jeans. C’est ainsi que le célèbre fabricant américain de jeans Levi’s applique du fil rouge sur le liseré de couleur pour se démarquer de la concurrence.

Une initiative très vite imitée par d’autres fabricants de jeans. C’est ainsi que la marque de jean Lee (américaine) opta pour un liseré jaune, tandis que Wrangler (également américaine) choisit un liseré vert ou bleu. D’autres marques choisirent aussi leur propre code couleur (doré, blanc, etc…), de sorte qu’aujourd’hui chaque liseré selvedge a une identité qui lui est propre.

Mais, si le selvedge et américain, pourquoi entendons-nous souvent parler des « selvedge  japonais » ? En période d’après-guerre, au moment de l’entrée dans notre ère de consommation, la demande en vêtements denim a littéralement explosé. Pour répondre à cette demande exponentielle, les fabricants de jeans ont fini par sacrifier la qualité au profit de la quantité.

De fils en aiguilles, ils ont commencé à se lancer dans une guerre des prix. Ceci faisant, les toiles selvedges disparurent au profit de toiles denim moins chère à produire et à transformer pour satisfaire les besoins de l’époque. Ce sont les japonais qui, important les métiers à tisser traditionnels, ont continué à travailler la toile selvedge pour rester à un niveau de qualité très élevé.

C’est en partie grâce à cet intérêt pour le denim selvedge que les japonais ont su redonner un second souffle à ce type de toile denim haut de gamme. Une toile qui, depuis les années 80 fait l’objet d’un intérêt très particulier et est particulièrement recherché. Bon retour au jean haut de gamme ! Celui qui dure des années et qui se bonifie comme du bon vin avec l’âge.

Le saviez-vous ? Les liserés « selvedge » aujourd’hui arborent souvent une couleur rouge. Appréciée par les japonais qui s’inspiraient des jeans Levi’s, cette couleur est restée dans leur manufacture.

Aujourd’hui, la tendance en matière de jean se porte sur un retour aux fondamentaux et à la qualité. Une aubaine pour le marché de la contrefaçon qui essaie d’imiter le selvedge dans le but de tromper le consommateur et de vendre plus cher des jeans de qualité médiocre.

Nous nous trouvons aujourd’hui dans une période de regain fort d’intérêt pour la qualité, mais aussi pour l’authenticité. Un intérêt qui se matérialise d’une part par le succès du selvedge et d’autre part par l’important engouement qui porte actuellement le « Made in France ».

Si vous recherchez des jeans denim selvedge de qualité, il existe de nombreuses marques. Nous en avons d’ailleurs cité certaines dans le corps de cet article. Mais si, en plus, vous recherchez du Made in France alors vous pouvez toujours aller voir du côté de la marque Atelier Tuffery. Il s’agit d’une fabrique artisanale tenue par la famille Tuffery au fin fond des Cévennes bien françaises, à Florac. (En savoir plus )

En conclusion, le denim selvedge est un tissu sergé au tissage particulièrement serré. Grâce au renforcement de ses bords par un liseré (souvent coloré), il gagne en robustesse par rapport à une toile denim simple.

Selvedge or not selvedge ? Pour le savoir, regardez la couture à l’intérieur du pantalon et trouvez le fameux liseré emblématique de cette toile mythique. Attention cependant à la contrefaçon si vous n’achetez pas votre jean dans un enseigne de marque ou un revendeur agréé !

Toute la rédaction du magazine Magaweb mène une veille scrupuleuse pour vous offrir des articles de qualité traitant des dernières actualités vie pratique, technologiques et insolites. Jour après jour, elle épluche blogs et journaux, le tout-venant de la presse, pour trouver les thématiques qui vous feront rêver, bondir, pester, rire... en bref, que le meilleur !