Accueil Art Cinéma L’Âge de glace 4 : La dérive des continents

L’Âge de glace 4 : La dérive des continents

1407

 

L’Âge de glace 4 est le quatrième opus de la saga américaine sorti en 2012 qui s’inscrit dans le genre « Animation, aventure et comédie » et qui fait partie des sagas les plus félicitées du studio Blue Sky. Après trois précédents films : l’âge de glace en 2002, l’âge de glace 2 en 2006 et l’âge de glace 3 : Le temps des dinosaures en 2009 vient La dérive des continents.

Un film longtemps attendu

Le titre nous en dit d’emblée long sur ce qui va se produire : Scrat l’écureuil est dans une poursuite effrénée de son gland qui s’accompagne d’une malchance aiguë car cette fois ci, il provoquera une catastrophe naturelle monstre : la dérive des continents suite à la dislocation des plaques tectoniques.

Ensuite, le périple de Manny, Sid et Diego débute dans une aventure semée d’embûches. Une succession d’événements se produisent en même temps que la terre entière est en mouvement : Sid parvient à retrouver sa grand-mère et la troupe composée de Manny et ses amis fait face à un groupe de pirates qui les empêchent de rentrer chez eux.

C’est en 2D et 3D qu’arrive cette 4ème partie réalisée par Steve Martino et Michael Turmeier sur les écrans. On y note un vrai travail de la part des cinéastes qui se sont réellement penchés sur l’optique de captiver et de séduire le public. La version 3D, pour sa part, reste absolument une magnifique invitation à pénétrer au cœur du film afin de nous mettre au même pied que ces héros qui sont guidés et attirés par l’aventure.

Age de glace pirates

Un modèle gagnant

Cependant, cet opus reste clairement fidèle à l’esprit de la saga en elle-même qui présente sans cesse une succession de bouleversements, d’événements qui créent chez les spectateurs une forte excitation et un désir de suivre les aventures des héros. Ces derniers se retrouvent réunis puis finissent par se séparer pour encore tenter de se rejoindre, et ainsi de suite.

Pareillement, le thème de la nature est continuellement présent au fil des événements : la rupture des plaques tectoniques, les violentes tempêtes de vent qui mettent tout le monde en danger, les conséquences de la falaise qui s’apprête à s’écraser, etc.

De l’émotion à en revendre

Les dimensions épiques et émotionnelles du film de manière particulière, et de la saga de manière générale sont mises en avants à travers un travail de cinéaste fort apprécié, de la musique choisie par John Powell, telle que : Chasing the sun interprété par le fameux groupe The Wanted.

L’humour pour sa part est continuellement présent : avec légèreté et intelligence, le public se laisse transporter par les farces et les bêtises de Scrat, Eddie et Crash. De la même manière, les plus grands se trouvent amusés par des explications scientifiques quant à ce qui se passe.

D’un point de vue philosophique et psychologique, nous y trouvons également de fortes références à cette question de l’être et du paraître qui concerne tout un chacun : grand ou petit !

Il est cependant judicieux de constater que c’est avec beaucoup de finesse et de sensibilité que le contraste, qui se trouve être complexe, est établi entre ce que nous sommes réellement et ce que nous aimerions que les autres pensent de nous ou voient en nous.

Il est cependant accordé que cet Âge de glace 4 : La dérive des continents est le plus réussi et le plus abouti des 3 premiers. Un film d’animation qui mêle humour et action, très apprécié par les petits comme par les grands car c’est avec beaucoup de légèreté qu’il présente une série de ce qui pourrait s’apparenter à des métaphores ou des images travaillées du monde réel.

Retrouvez tous vos héros sur le site officiel de l’âge de glace.

age de glace groupe

Toute la rédaction du magazine Magaweb mène une veille scrupuleuse pour vous offrir des articles de qualité traitant des dernières actualités vie pratique, technologiques et insolites. Jour après jour, elle épluche blogs et journaux, le tout-venant de la presse, pour trouver les thématiques qui vous feront rêver, bondir, pester, rire... en bref, que le meilleur !